imageLe programme « épistémologie des affects » et la place du séminaire Soigner les passions dans ce programme : L’épistémologie s’est jusqu’ici essentiellement préoccupé du concept. Cherchant à préciser les conditions de possibilité de la connaissance scientifique ou son mode de production effectif, elle a surtout réfléchi sur la rationalité du savoir scientifique, délaissant la part d’affect qu’il pouvait recéler.

Cependant, les témoignages insistants des scientifiques eux-mêmes montrent que le concept est loin de constituer la part exclusive de l’intérêt qu’ils éprouvent pour leur discipline. D’où l’idée d’examiner la science par le côté des affects (travail déjà engagé dans le livre L’art d’aimer la science, Pascal Nouvel, Paris, PUF, 2000). Le programme « épistémologie des affects » développe cette approche en commençant par s’interroger sur la notion de « passion » et son histoire philosophique. Il s’agit de voir comment, de Sénèque à Foucault, la question des passions a été concrètement abordée, de quelle manière la pensée a « pris soin » des passions.

  • Déroulement du séminaire.

A chaque session est discutée une œuvre qui aborde la question des passions. Après une brève présentation biographique de l’auteur une série de cinq questions est adressée à l’œuvre :

▪ 1) D’où viennent les passions ?

▪ 2) Que signifie « connaître une passion » ?

▪ 3) La passion est-elle une forme de connaissance ?

▪ 4) Y a-t-il des bonnes et des mauvaises passions ?

▪ 5) De quels genres de soins une passion peut-elle être l’objet ?

Deux invités sont conviés à chaque session, l’un est spécialiste de l’auteur discuté et l’autre intervient comme discutant. Après une présentation de l’auteur par le spécialiste, je présente une lecture du texte abordé dans la perspective de la construction d’une épistémologie des affects. Cette lecture est commentée par le spécialiste. Puis le discutant engage le débat qui se prolonge avec les questions du public.

Séminaire du Collège International de Philosophie et du Centre d’Etudes du Vivant (Université Paris 7-Denis Diderot).
Soigner les passions – 2002-2004.